S'abonner au flux RSS
Facebook Ajouter sur snapchat
Premier Précédent (101 / 104) Suivant Dernier

 

Les enfants vont arrêter le poney

A. G. - lundi 4 novembre 2013.
Pour JMDC :
www.rue89.com/2013/11/04/chagrins-denfants(...)

C'est toi qui est à l'origine de la campagne, avoue?
contact@jemangeducheval.com
Cher A.,

Mais quelle idée de lancer une campagne si importante le JOUR MÊME de la rentrée ?
Les hordes de scolaires vont manifester jusqu'à Noël et qui va placer ses chaussons
sous le sapin ?

Non, je dois avouer que je n'y suis pour rien.

Mais j'hallucine encore et toujours de la capacité de certains à exploiter la
fibre pathétique lorsqu'il s'agit de chevaux !

Non mais vous imaginez, on va devoir PAYER DES TAXES pour que des groupes à but
LUCRATIFS participent à l'économie ?!

Quand je pense qu'après on vient nous occuper le débat avec les niches fiscales,
je trouve l'argument assez léger pour ne pas dire carrément désagréable.

La bonne nouvelle, c'est que j'ai trouvé un autre truc fun avec la loi (actuelle, 
pas la version remaniée pour éviter d'européennes prunes) :

    20

    Certaines locations de biens meubles corporels appellent toutefois des 
    précisions. Il en est ainsi des locations d'animaux.

    La location d'animaux entre dans le champ d'application de l'article 256
    du CGI. En conséquence ces opérations sont soumises à la TVA.

    Tel est le cas :

    - de la location de taureaux de combat. En effet, les opérations de location 
    de taureaux sauvages élevés spécialement pour les spectacles de courses
    taurines ne peuvent être regardées comme constituant une activité agricole, 
    mais comme une opération de louage de chose de nature commerciale 
    (CE, 28 octobre 1959, n° 20559, sieur L). Il en est de même des locations
    de vaches pour les spectacles de courses landaises (RM, Commenay, JO, 
    Débats AN 1er février 1969, p. 254, n° 205) ;

    - de la location de bestiaux à des laboratoires qui procèdent à des
    recherches sur les maladies animales ;

    - de la location de chevaux, que ce soit par des centres équestres, 
    des agriculteurs ou des associations hippiques (RM, Poudevigne, JO, 
    Débats AN 21 avril 1962, p. 688).

    http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/138-PGP.html#138-PGP_20_019

Nous avions bien sûr relevé des pépites dans l'actualité à ce sujet, 
mais ça me fait doucement rigoler de voir la soi disant plus grande conquête 
de l'homme dans la même loi que les taureaux de combat ou les rats de laboratoire.

Tu me diras, ça simplifie la tâche aux associations énervées : 
Tous les chevaux de bataille sont dans le même panier !
J'ai pensé que trahir le secret de la correspondance était digne de moi, tu me pardonneras j'en suis sûr !
A. G. - lundi 4 novembre 2013.
Tiens, il y a même un site : http://www.lequitationenperil.org/ avec 
une vidéo très chouette. Je vois que bien que niant votre implication, vous œuvrez
en sous-main avec toutes les armes que la communication moderne met à votre disposition.

Je ne peux qu'être d'accord avec vous.

En effet, sauvons cette filière qui ne coûte rien puisque basée sur son propre 
aveu sur une niche fiscale (ou plutôt un box fiscal, je présume). Et perdre des 
recettes fiscales, ce n'est pas cher payé pour permettre à de jeunes cavalières 
de rompre leur hymen au grand galop !

Sans équitation, pas de "forum endurance - rubrique ETALONS" (je n'invente rien, 
pas même les majuscules : http://www.i-services.com/membres/... ).

Sans équitation, pas de crottin fumant dans lequel le randonneur distrait s'enfonce 
au delà de la cheville.

Sans équitation, impossible de répondre en ricanant à une adolescente dont les larmes
se fraient un chemin parmi les boutons d'acné, demandant des trémolos dans la voix ce
que vont les gentils canassons devenir :"Mais des lasagnes, bien entendu!". Qu'il
devinssent libre ne venant à l'idée d'aucune des parties bien entendu.

Et surtout, sans équitation, pas de site prônant l'hippophagie en répondant 
à ses détracteurs.
 

Premier Précédent (101 / 104) Suivant Dernier

Cliquez sur une catégorie pour avoir un mail aléatoire :
Messages de soutien Messages de soutien
Messages d'insultes Messages d'insultes
Créations artistiques Créations artistiques
Je t'aime pas, mais je sais écrire Je t'aime pas, mais je sais écrire

Vous n'aimez pas ce site ?

Tant pis pour vous. Je n'aime pas non plus les sites qui m'expliquent pourquoi tel ou tel animal ne peut être consommé.


Vous voulez nous contacter ?

Vous pouvez me contacter (encouragements, idées, insultes, chèques, ...) à l'adresse suivante : contact@jemangeducheval.com.

Si vous aimez ce site et que vous voulez des produits dérivés, vous pouvez consulter la "boutique".

 
 

(c) 2008-2010 Vous avez une idée ? contact@jemangeducheval.com