S'abonner au flux RSS
Facebook Ajouter sur snapchat
Premier Précédent (68 / 103) Suivant Dernier

 

L’ensemble du règne animal est en guerre depuis des millénaires

Clark S. - Mardi 11 août 2011.
Bonjour,
 
J’ai découvert votre site ce matin et je me permets de poster car je pense être 
le seul cheval à avoir jamais écris sur ce blog. Je suis touché par tous ces 
charmants humains qui prennent position à notre place (non, franchement, c’est 
gentil !) mais ne feriez-vous pas mieux de travailler, profiter de la vie, de 
vos amis ou de votre amour qui s’étiole plutôt que de vous battre pour notre 
cause. Nous, les chevaux, allons très bien, merci !
 
L’espèce humaine s’est fait fourvoyer pendant des siècles ! Siècles que nous 
autres, équidés, avons passés à gagner votre confiance pour mieux vous utiliser. 
Les humains sont en effet le pire ennemi du règne animal aussi avons-nous décidé, 
réunis en Grand Conseil, de nous rallier à vous plutôt que de vous combattre. Ce 
qui fait de nous les pires collabos du règne animal. Notre pire ennemi, le chien, 
a choisi la même approche, ce qui a créé des animosités grandissantes entre les 
deux espèces, arrivant au stade actuel où chien ne peut pas passer derrière un 
cheval sans se prendre un coup de sabot dans le derrière et où un cheval ne peut 
pas passer devant un chien sans affronter montrages de crocs et autres grognements.
Les chats aussi ont choisi la même technique, mais nous y sommes totalement 
indifférents car ce ne sont que des lopettes ! En témoigne la très sérieuse pub 
Whiskas réalisée par les Nuls (http://www.youtube.com/watch?v=XkOYGrZQqmU  Le «CCC» 
dont il est question à la fait du reportage est en fait les « Comité des Chevaux 
Combattants »). Eh oui, il s’agissait de propagande dissimulée sous une forme 
humouristique, mais il faut savoir qu’Alain Chabat est un de nos agents infiltrés 
(il suffit de regarder ses dents, qui est la partie que nous avons le plus de mal 
à dissimuler) qui fut abattu en cour martiale après être passé à l’ennemi en se 
faisant passer pour un chien dans le film Didier.
 
Pour cacher notre vraie nature aux humains, nous avons du cacher pendant des 
siècles que nous sommes carnivores et que nous raffolons des bébés humains. 
Si dans les temps anciens notre technique était d’assurer notre protection en 
laissant nos agents doubles faire passer nos attaques nocturnes pour des 
attaques de loups, nous avons du revoir nos plans car nous avons été victime 
du succès de cette opération et le loup fut éliminé de nos régions. L’État-major 
s’est alors réuni en 1837 et a choisi d’adopter une autre approche. Dès leur 
puberté, nos poulains se font maintenant limer crocs et cornes et nous nous 
limitons (le jour) à ne manger que de l’avoine. Si cette décision a pu passer 
au vote populaire malgré les carences évidentes qu’amènerait cette nouvelle 
pratique, c’est parce que l’avoine, une fois assimilé par notre organisme 
hippique, s’avère être un puissant psychotrope. Ainsi, nous passons nos journées 
complètement défoncés (le terme « hippie » vient d’ailleurs de là, car les 
hippies étaient sans cesse défoncés comme des chevaux (Hippos)) et quand la 
nuit tombe, nous pouvons quitter nos box pour aller chasser dans la nature 
(nous avons retenu de nos erreurs et nous attaquons désormais aux animaux sauvages 
car, bien que plus difficiles à capturer que les animaux d’élevage domestique, 
ils nous assurent une plus grande discrétion). Il nous arrive fréquemment, 
d’ailleurs, de nous attaquer à des mendiants ou de jeunes couples ayant trouvé 
refuge dans la forêt ou encore à des jeunes rentrant de boîte de nuit complètement 
saouls. La technique est simple, il nous suffit de jeter un cerf ou un sanglier 
sur leur pare-choc pour qu’ils s’arrêtent, puis nous les attaquons par groupes de 
4 ou 5. Bref, tout ça pour dire que s’il est vrai que certains de nos congénères 
sont mangés par des humains, ce ne sont que des dommages collatéraux qui 
résultent simplement d’une lutte sans merci et ne sont pas dérangeants, dans 
la mesure où nous mangeons beaucoup plus d’humains qu’il n’y a d’humains pour 
nous manger.
 
Sachez, d’ailleurs, que ce sont nos agents qui, après avoir réussi à 
s’infiltrer et se faire passer pour des humains, ont inventé l’électricité 
et le moteur à explosion, de sorte à pouvoir faire les moindres frais de 
l’utilisation dégoûtantes que vous faisiez de nous, et particulièrement de 
nos bataillons de trait.
 
Il faut, enfin, que vous sachiez deux choses : Les chevaux qui sont mangés
sont volontaires ! Ils doivent apposer un autocollant au dos de leur carte 
Vitale, précisant qu’ils acceptent d’être mangés par les humains. Cela est 
très répandu car il s’agit d’un acte de guerre. Une sorte de sacrifice pour 
sauver la patrie en conservant l’espèce humaine dans l’aveuglement. Or ce 
choix amène beaucoup de fierté aux familles des soldats ayant accepté ce 
sacrifice.
 
L’autre chose que vous ne devez pas perdre de vue est le fait que 
l’ensemble du règne animal est en guerre depuis des millénaires. Si, 
jusqu’à présent, la meilleure tactique fut pour nous de faire copain 
avec l’ennemi, nous voyons clairement le déclin de l’empire humain arriver. 
Votre économie fout le camp, vous détruisez vous-mêmes sciemment les 
ressources qui vous font vivre, vous êtes de plus en plus la proie de 
conflits internes... Bref, vous déclinez, quoi ! Et quand le moment 
sera venu, nous vous attaqueront pour prendre le contrôle du monde et 
profiter de vos infrastructures. Je n’ai donc qu’un conseil à vous donner : 
préparez-vous au combat quand vos poulains auront des crocs et des cornes 
qui pousseront à la puberté !
 
À bon entendeur...
 
NB : Ce texte est une traduction automatique du cheval au français réalisée 
par le logiciel open source Worldlingo.
*******************************************************************************
 

Premier Précédent (68 / 103) Suivant Dernier

Cliquez sur une catégorie pour avoir un mail aléatoire :
Messages de soutien Messages de soutien
Messages d'insultes Messages d'insultes
Créations artistiques Créations artistiques
Je t'aime pas, mais je sais écrire Je t'aime pas, mais je sais écrire

Vous n'aimez pas ce site ?

Tant pis pour vous. Je n'aime pas non plus les sites qui m'expliquent pourquoi tel ou tel animal ne peut être consommé.


Vous voulez nous contacter ?

Vous pouvez me contacter (encouragements, idées, insultes, chèques, ...) à l'adresse suivante : contact@jemangeducheval.com.

Si vous aimez ce site et que vous voulez des produits dérivés, vous pouvez consulter la "boutique".

 
 

(c) 2008-2010 Vous avez une idée ? contact@jemangeducheval.com